4ème de couverture de « Entre tes bras m’envoler »

Besoin d’une bouffée d’oxygène, d’émotions et de douceur ? Rejoignez la petite ville de Coathill, sur l’île de Skye.

Il est obsédé par la sécurité. Elle ne vit que pour l’adrénaline. S’entendre ? Impossible. Se désirer, en revanche…

Adolescent, Riley était toujours le premier pour les défis stupides : le destin s’est chargé de lui remettre les idées en place. Désormais chef de la police de Skye, il consacre sa vie au service des habitants de l’île. Alors quand June débarque à Coathill avec son addiction aux sports extrêmes, ça le met hors de lui. Sauter du haut des falaises n’est pas un jeu. Riley a été confronté bien trop souvent à la mort pour accepter ce type de comportement irresponsable. June s’en fiche : elle n’accepte pas les cages. Pourtant, derrière sa joie de vivre et son assurance, elle cache une blessure à vif. Si elle flirte avec le vide, c’est pour apprivoiser les abîmes en elle et se sentir vivante, enfin. Entre June et Riley, le feu et la glace, c’est explosif. Mais les étincelles entre eux sont trop vives, dévorantes et passionnées… Et le brasier qu’elles provoquent ne les laissera pas indemnes.

Mon avis sur « Entre tes bras m’envoler« 

Le suspense du tout début de ce livre, qui fait tourner les pages si vite (un enfant a disparu et Riley, le héros, le cherche, mais la nuit va tomber…) laisse présager ce que sera la suite de ce livre : très intense, rempli d’émotions fortes, et un vrai page turner.

« Je ne tombe pas amoureux. Jamais. Parfois, je me demande pourquoi, et puis le travail prend à nouveau toute la place et j’oublie l’amertume qui m’a traversé un instant. »

Ouh la la, qu’est-ce que l’on a le cœur qui chavire avec June et Ryley ! J’étais émue jusqu’à la toute dernière page, et je repense encore souvent à cette histoire, dont les déclarations d’amour m’ont bouleversée.

Anna Briac, comme à son habitude, sait rendre toutes les émotions fortes des personnages, que ce soit à cause ou grâce à leur histoire d’amour, ou à ce qu’ils ont traversé dans le passé et qui les hante toujours. Et ils vont devoir affronter tout ça, ou rester cloués sur place…

« Mais merde ! Je ne veux plus être cette fille en prise avec sa souffrance ! Je veux avancer !

— Allez, secoue-toi, June !

Je refuse de couler à nouveau. Je dois vivre. »

Mais elle n’oublie les petites touches d’humour ici ou là, qui font mouche à chaque coup et permettent de relâcher un peu la tension :

« — Et toi, quand est-ce que tu te laisses foudroyer par l’amour ? reprend-il malicieusement.

— Je n’ai aucune intention d’être foudroyé par quoi que ce soit.

— Pas « l’intention » ? Mais mon petit, tu crois vraiment que l’univers dans sa grande sagesse, te demandera ton avis ?

— Peut-être pas, mais ce n’est pas le problème. Pourquoi les métaphores sur l’amour sont-elles toutes douloureuses ? Tomber amoureux, coup de foudre, succomber aux flèches de Cupidon… Franchement, ça ne donne pas envie du tout. Une relation paisible avec une femme douce, jolie et gentille, c’est trop demander ?

Gowan me considère en secouant la tête, amusé.

— Ce que tu recherches s’appelle un cochon d’Inde.

— Ah ah ah. »

Et cette histoire d’amour est en plus tout aussi caliente que les précédentes de la même série.

« Je me suis retrouvé avec une naïade collée contre moi, une sirène glacée par sa baignade dans le loch et dont le corps nu a allumé dans le mien des sensations pas vraiment autorisées dans le cadre d’une arrestation. Quand elle gigotait pour se libérer, la douceur de sa peau sous mes mains m’a grillé quelques neurones au passage. »

Ils se détestent, ils sont à l’opposé l’un de l’autre, mais Anna Briac sait y faire pour nous prouver qu’ils sont faits l’un pour l’autre :

« Je devrais être furieux, pourtant je souris comme un con. Cette fille, c’est du vif-argent. Un feu d’artifice qui m’explose en plein visage.

— Dangereuse, inconsciente, cinglée.

Tout ce que je déteste.

Courageuse, piquante, indépendante.

Tout ce qui m’attire inexplicablement. »

Et nous retrouvons en bonus des nouvelles des personnages des autres tomes de la série « Au cœur de Skye » !

Si vous aimez les grands paysages, l’Angleterre, les histoires d’amour où tout n’est vraiment pas gagné d’avance (ces deux-là sont tellement différents) :

« Le souvenir du bateau et de nos peaux l’une contre l’autre surgit dans ma mémoire comme à chaque fois que je pense à elle, soit à peu près dix fois par jour. Depuis que je sais que Katniss est June, elle m’obsède encore plus. Son regard qui semble voir au fond de mon âme. La cicatrice qui barre sa joue et lui confère un air sauvage et dur qui me touche. Son impertinence qui me donne envie d’écraser mes lèvres contre les siennes pour la faire taire. Putain, c’est n’importe quoi. Je l’ai croisée à quatre reprises, et on s’est engueulés presque à chaque fois ! »

…mais aussi les personnages complexes, les personnages secondaires puissants et émouvants, et les histoires d’amour trop mignonnes, plongez-vous sans attendre sur « Entre tes bras m’envoler » !

Si tu passes par ce lien affilié pour acheter ce livre que je te recommande, je vais recevoir une petite commission.

Tu n’auras aucun frais en plus de ton côté, et je ne te parle que de livres que j’ai lus et qui vont te plaire !